Laisse ton empreinte

Laisser notre empreinte et prendre soin de notre âme

LAisse ton empreinte.png
 
Rechercher
  • Aude

Avec la liberté de l'Amour

Mis à jour : 11 nov. 2019

#témoignage #liberté #Amour #lovelovelove #mariage #sexualité #Eglise #prière #vie


L’amour est un sujet qui attire toujours et l’article à l’occasion de la Saint Valentin vous a beaucoup plu apparemment. Alors pour #VistonCarême, voilà le témoignage d’une amie, Claire, qui nous parle d’amour, de fiançailles, de mariage, de pardon, de sexualité, de contraception, des avis de l’Eglise et de liberté. Tout un programme !




Pour ceux qui se demandent comment j’ai rencontré Claire : c’était en octobre 2017, grâce à des amies communes. Nous sommes rapidement devenues très amies. Et vous le savez sans doute, j’en ai parlé ici, 2017 et 2018 ont été marquées par de graves problèmes de santé et beaucoup de souffrances. Au milieu des moments les plus sombres, Claire fait partie de celles qui ont adoucit ces moments bien douloureux. #Amiespourlavie :)


  • Merci Claire d’avoir accepté de témoigner. Pour ceux qui ne te connaissent pas encore, pourrais-tu te présenter ?

Je m’appelle Claire, j’ai 24 ans et suis originaire de la région parisienne. Je suis la 3ème de 7 enfants.


J’ai fait des études d‘histoire de l’art, d’anglais, de marché de l’art et de marketing de luxe. Après avoir fait pas mal de stages au sein d’études de commissaire-priseur et de maisons de luxe, je suis en train de lancer mon projet pour rassembler mes passions et les transmettre.


Mon mari, Marc a 27 ans et est responsable lean management dans le secteur industriel. Bref nous sommes dans deux univers bien différents et nous vivons depuis notre mariage à Asnières-sur-Seine, premier foyer de notre toute nouvelle vie !



  • Quand et comment vous êtes-vous rencontré avec Marc alors ?

Nous nous sommes rencontrés le 21 juin 2015, le jour de la fête de la musique ! Une amie m’avait proposé d’aller voir une exposition au musée d’Orsay avec 2 de ses amis. C’est à ce moment que j’ai rencontré Marc. Et pour tout vous dire, ses 400 coups de la veille lui avait valu d’avoir un beau et énorme pansement lui couvrant toute une arcade sourcilière. Il avait un vrai look de pirate et je me souviens m’être dit en le voyant arriver de loin, que ce gars devait être un vrai petit rigolo !


Nous avons un peu échangé avec Marc mais pas tellement plus qu’avec les autres amis et ma cousine qui s’étaient joints à nous. De plus, il a dû partir de la soirée assez tôt et j’ai continué à bien profité de la fête avec les autres. Nous n’avons pas eu de coup de foudre. Je l’ai trouvé sympa, comme l’ensemble du groupe. J’ai tout de suite sympathisé avec toutes les personnes présentes et donc avec Marc. J’ai appris par la suite que lui non plus n’avait pas eu de coup de foudre, mais qu’il avait tout de suite repéré des traits de caractères qu’il appréciait beaucoup et notamment le fait d’être « catho et décomplexée » !



  • Et après cette fête de la musique, vous vous êtes revus ?

Nous nous sommes revus par hasard le 26 juin à la fin d’une Messe. Marc est venu me voir et nous avons échangé quelques minutes, avant de nous séparer.


Je ne pensais pas le revoir, mais 2 semaines plus tard, j’ai été surprise de recevoir un message de sa part. Il m’invitait à participer à une soirée d’œnologie. Ne le connaissant pas trop et par peur de me retrouver devant un garçon avec une idée bien précise derrière la tête, je m’apprêtais à trouver une excuse. Ma petite sœur (oui oui !) m’en a finalement dissuadé, me conseillant de ne pas compliquer les choses comme nous avons l’art de le faire, nous les filles ! A cette soirée, nous avons bien discuté et rit, simplement, comme de bons amis. Je me rappelle m’être dit que ce garçon était simple, jovial et délicat, 3 qualités que j’ai tout de suite beaucoup appréciées.



  • Et à un moment, tu t’es quand même dit que ce garçon était plus qu’un bon ami ?

Oui, en effet. En fait, nous avons commencé à cheminer ensemble assez rapidement. Et surtout, beaucoup plus rapidement que ce que je n’aurais pensé ! Je m’étais imaginé une histoire d’amitié, qui petit à petit, se serait transformée en histoire d’amour… Eh bien, ça ne s’est pas du tout passé de cette façon !


Lorsque je me suis rendue compte que j’avais plus que des sentiments d’amitié pour Marc, pendant les vacances d’été et après s’être revu à plusieurs reprises, j’ai littéralement paniqué. Je me disais « Ah non, ça ne va pas, ça n’était pas prévu » ou alors « J’ai autre chose en tête pour le moment avec les études, les amis ». Non pas que je n’avais pas envie de tomber amoureuse ! J’avais 20 ans et c’est un désir tout à fait normal. Mais là, je ne sais pas pourquoi, je n’étais pas sûre, je ne voulais pas trop me lancer dans une première histoire d’amour car j’avais d’autres projets.


Mais voilà, la vie n’est pas une grande liste de courses que l’on coche dans l’ordre. Elle nous surprend en permanence ! Je me souviens m’être demandé si oui ou non je voulais aller plus loin avec Marc. Je désirais vraiment être sincère et ne pas lui laisser espérer quoi que ce soit.


Alors j’ai prié la Vierge Marie de m’aider à prendre une décision et en toute franchise, j’espérais bien qu’Elle me donnerait un signe un tantinet visible. Et puis, j’ai soudain réalisé que Dieu m’avait dotée d’une intelligence, pour justement pouvoir faire mes choix en toute liberté notamment face à ce genre de décision.


C’est donc à rentrée des vacances, en septembre 2015, que nous avons commencé notre histoire. J’avais 20 ans et Marc 23.



  • Comment avez fait pour vivre en amoureux avant votre mariage (et même après !) en cohérence avec le message de l’Evangile et de l’Eglise ?

Marc et moi sommes tous les deux issus de familles catholiques. Par conséquent, afin d'être en cohérence avec nos convictions, il nous paraissait essentiel d'avoir chacun une vie de foi et de prière, ainsi que de pouvoir échanger sur ce sujet. Sans cela, nous avons vite compris que nous aurons du mal à être cohérent. Etre catholique et cohérent, c’est un vrai combat. C’est nager à contre-courant, être exposé à des remarques mais ça en vaut vraiment la peine !



Notre formation spirituelle a permis que nous construisions notre couple au fur et à mesure. Cela nous a permis aussi de comprendre pourquoi l’Eglise nous requiert de vivre non pas comme des gens mariés, mais comme des jeunes qui réfléchissent à se donner entièrement l’un à l’autre, après avoir compris ce que cela signifiait et à être prêt à courir les risques de l’amour.


Penser qu’à deux, nous sommes plus forts que tout, a été un leurre que j’ai rapidement compris. Nous aspirions réellement à nous donner pleinement l’un à l’autre une fois mariés, et pas avant ! Et pour cela, nous avons mis en place tout ce que nous pouvions pour avancer vers ce choix que nous avions fait et que nous avons tenu jusqu’au bout.


Nous avions surtout la volonté de bien faire, de demander pardon à l’autre et à Dieu et enfin, de se relever chaque fois et recommencer. Et en cela, la confession est indispensable. Bien que ce sacrement ne soit pas trop « à la mode », il est essentiel de l’utiliser fréquemment. Et il ne faut pas en avoir peur, c’est Dieu notre Père qui nous écoute et nous pardonne !



Nous nous sommes vraiment dit que nous étions très humains et pas meilleurs que les autres. Et donc que nous avions encore plus besoin de Dieu en tant que fiancés car on se préparait à un évènement très important de notre vie : passer de célibataire à un couple marié, un foyer et une famille.


Cela nous permet de recevoir le pardon pour nos péchés, recevoir les grâces nécessaires de la part de Dieu pour faire mieux, pour davantage aimer son fiancé, le comprendre, grandir dans toutes les vertus et particulièrement la vertu de la pureté. Et résister au désir de se donner totalement à l’autre avant notre mariage. Résister à ce désir (qui est normal et bon !) demande beaucoup de prudence et requiert l’humilité d’un enfant qui demande de l’aide à son Père.


Sans le sacrement de la Confession, nous n’avons pas autant de grâces de la part de Dieu et pas la certitude d’un pardon total et absolu. Alors, pourquoi se priver de cela ?



La confession nous permet de donner plus d’Amour, car en demandant pardon, nous recevons des grâces et la volonté divine. Quand on demande l’aide de Dieu et qu’on quémande ses grâces à travers le sacrement de la Réconciliation notamment, il n’y a non pas seulement le désir de bien faire, mais la vraie volonté. Ce qui signifie vraiment se battre pour ce en quoi nous croyons et surtout en qui nous croyons ! Pour nous, avoir la Foi, ce n’est pas un beau principe, c’est surtout un acte qui se concrétise par la prière personnelle, les Sacrements, nos pensées, nos paroles et nos actes.


  • Le mariage, tu as su que c’était la mission que Dieu avait prévue pour toi ?

Bien avant de connaître Marc, j’ai toujours su que j’étais appelée au mariage. Pour moi, le mariage ce n’est pas juste une case à cocher, c’est une vraie vocation, un vrai appel divin. Dieu a prévu une mission spécifique pour chacun d’entre nous depuis toute éternité. Et pour moi, le mariage. C’est donc mon chemin pour rencontrer Dieu et me sanctifier, à travers Marc, mon mariage et notre future famille. Avec Marc, nous avons commencé à parlé mariage une fois que nous nous connaissions bien, l’idée est venue d’elle-même, cela n’était pas une surprise.



  • Alors, vous vous êtes fiancés ?

Oui, nous nous sommes fiancés un an avant notre mariage, en juillet 2017. Nous avions choisi de nous laisser une année, pour avoir le temps d’une vraie préparation spirituelle avant celle matérielle.


Nous avions vraiment besoin d’avoir ce temps pour apprendre à nous connaître non plus en simple « copain-copine », mais en véritables fiancés qui allions construire une famille ensemble. Il y a beaucoup de questions que l’on a abordées à ce moment et pas avant. Pour nous, aller doucement et sûrement est une chose importante dans toute relation.


Nous avons aussi beaucoup pris le temps de parler de tout, de notre passé, de nos familles, de notre vision de la vie, du mariage, de l’amour, de la famille. Nous avons rencontré nos amis réciproques, nous avons fait beaucoup de choses ensemble, vécu des moments uniques.


  • Et vous avez donc commencé à préparer votre mariage ?

Nous nous sommes mis à la recherche d’un prêtre qui pourrait nous préparer. Cela n’a pas été évident d’en trouver un car ils sont souvent très occupés. Nous voulions aussi quelqu’un en qui nous aurions confiance et pas seulement sur les questions touchant au sacrement mais aussi sur d’autres sujets concernant l’Eglise.



Nous avons eu la chance d’avoir un prêtre super, celui de ma paroisse, qui nous a choyés et superbement bien accompagnés et préparés. Il nous a beaucoup encouragés à vivre de belles fiançailles et à respecter ce temps d’attente de vie séparée. Je me souviens qu’il nous avait dit « pensez à votre futur époux et épouse, il se peut que ça ne soit pas la personne en face de vous ». Cette phrase, loin de nous choquer, nous a fait encore plus prendre conscience de la signification de se donner « librement ».


Nous nous rencontrions une fois par mois avec le prêtre. Nous discutions et réfléchissions autour de thèmes, soit choisis par nous trois, ou alors proposés par nous deux ou le prêtre. Nous avons beaucoup discuté du mariage, de l’Eglise, de la famille, de la sexualité. Nous avions déjà largement abordé ce sujet tous les deux mais nous souhaitions avoir l’éclairage d’un prêtre.



Nous avons beaucoup discuté de la notion de la liberté. On pensait que c’était une notion évidente et bien en fait, pas tellement ! Nous avons donc lu le Catéchisme de l’Eglise Catholique. D’ailleurs, n’hésitez pas à ouvrir ce grand et gros livre qui peut vous intimider… Tout se passera bien, je vous assure et l’on trouve des réponses très claires à toutes nos questions !


En plus de ces rencontres avec le prêtre, nous devions participer à quelques rencontres avec plusieurs couples de fiancés de la paroisse et aussi une soirée avec un couple marié avec de l’expérience, autre que nos parents. Malheureusement, ces deux propositions n’ont pas été possibles car Marc était à chaque fois en déplacement professionnel. En effet, il était souvent en voyage avant de changer de métier au moment de notre mariage. Les appels sont alors devenus nos meilleurs amis pour continuer à échanger et réfléchir !


Nous nous sommes aperçus que la préparation avec le prêtre n’était pas la seule que nous devions suivre. Alors nous avons lu des livres. Pas une dizaine mais un ou deux sur lesquels nous avons beaucoup échangé : Aimer en actes et en vérité d’Alphonse d’Heilly et la Sexualité selon Jean-Paul II, d’Yves Semen.



Nous devions aussi beaucoup réfléchir ensemble et individuellement, prier personnellement et ensemble, avoir une vie de Foi et de prière. Nous avons fait une retraite chacun de notre côté, pour approfondir chacun personnellement notre relation et notre dialogue avec Dieu.



Puis nous avons fait une retraite tous les deux, en silence. C’était une retraite pour fiancés au foyer de charité de Poissy. Nous alternions donc des moments de silence avec une prière intense, Adoration, confessions et autres ainsi que des sessions avec les autres fiancés, où seulement le prêtre parlait. On priait alors ensemble et chacun de notre côté mais côte à côte alors c’était très fort. Le fait de ne pas toujours parler mais d’être ensemble en prière et en silence rapproche beaucoup et encore plus que si l’on discutait. Je conseille vraiment à tous les fiancés de faire cette expérience !


Dans le cadre de notre préparation au mariage, nous avons aussi beaucoup réfléchi et discuté de sujets très importants à nos yeux : la sexualité, la paternité et maternité responsable et l’accueil de la vie.


Ce dernier point est d’ailleurs un des piliers du mariage, avec la liberté de consentement, la fidélité et l’indissolubilité de ce sacrement.


Parler de sexualité ne doit pas être un tabou et je remarque toujours plus que beaucoup de personnes ne savent pas toujours bien la situer et placer le curseur là où il faut. Et ce n’est pas facile, c’est sûr ! Raison de plus pour en parler.


Beaucoup pensent que la contraception peut être naturelle ou indispensable pour raisons de santé ou parce qu’on ne peut vraiment pas accueillir un autre enfant. Et qu’alors on peut l’utiliser sans aucun problème, en étant en accord avec sa Foi, le Christ et l’Eglise. Alors que ce n’est pas tout à fait cela…


L’Eglise est très claire sur ce sujet, on peut lire cela dans l'encyclique du Pape Paul VI, Humanae Vitae et le catéchisme de l’Eglise catholique (article 2 363). « Par l’union des époux se réalise la double fin du mariage : le bien des époux eux-mêmes et la transmission de la vie. On ne peut séparer ces deux significations ou valeurs du mariage sans altérer la vie spirituelle du couple ni compromettre les biens du mariage et l’avenir de la famille. L’amour conjugal de l’homme et de la femme est ainsi placé sous la double exigence de la fidélité et de la fécondité. »



D’autres pensent qu’il ne faut absolument pas chercher à réguler les naissances (ou les espacer). Mais l’Eglise ni personne ne demande à chaque couple d’avoir une famille (très) nombreuse. L’accueil de la vie est très important pour que le Sacrement du mariage soit valide, c’est sûr.


Néanmoins, cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas être responsable lorsqu’on accueille un ou plusieurs enfants. Bien sûr, on pense tout de suite aux moyens financiers : évidemment qu’il faut pouvoir habiller son enfant et pourquoi pas, l’inscrire à des activités, centres aérés, sport, musique, vacances et autres. Mais cela est différent d’habiller tous ses enfants dans des marques prestigieuses, leur payer des activités hors-de-prix et partir en vacances à l’autre bout du monde chaque année.


Pourquoi pas bien sûr, mais cela ne doit pas être l’unique critère pour accueillir la vie. Il faut bien sûr prendre en compte la santé physique et psychologique des deux parents, les risques éventuels d’une nouvelle grossesse pour la mère et réfléchir aussi à comment combiner travail, vie de couple et vie familiale.


C’est une décision très personnelle et intime à chaque couple et personne ne peut s’immiscer dans cela et juger. Je pense qu’il faut être très honnête dans nos intentions et réfléchir à cela, avec une intention juste et droite. Nous avons donc pris le temps, en tant que fiancés, de réfléchir et de discuter de tout cela.


Nous avons aussi décidé de nous former aux méthodes naturelles de régulation des naissances. Un moyen magnifique pour être à l’écoute de l’autre, plus communiquer et mieux choisir en conscience si l’on peut accueillir la vie à tel moment ou si, pour des motifs importants, on choisit d’attendre. C’est exigeant mais cela apporte beaucoup : le respect du corps de la Femme, le respect de la vie, une plus grande communication et proximité entre les époux comme je l’ai évoqué.


Pour celles et ceux qui seraient intéressé(e)s par le sujet : voici des témoignages de couple vivant les méthodes naturelles. Pensez aussi à la section "Méthodes naturelles" du blog Maman Vogue. Il y a aussi un groupe Facebook nommé "Méthodes naturelles", très enrichissant et bienveillant, on peut poser toutes ces questions ou faire une recherche. Très pratique pour échanger à la fois avec des couples, des moniteurs de MN, des médecins ou des sages-femmes etc.



  • Et le grand jour est arrivé !

Oui, nous nous sommes mariés le 28 juillet 2018 en Normandie.


Les premiers mois de mariage sont merveilleux ! Nous pouvons enfin être ensemble, tout les deux et vivre à deux. L’attente de cette vie conjugale nous a permis de développer un véritable dialogue reposant sur la confiance. C’est un véritable moment de découverte de ce que vivre ensemble signifie, même si durant les fiançailles, nous apprenons à bien nous connaître. Cela nous semblait très important, tout comme connaître la famille de son fiancé car cela indique beaucoup sur sa personnalité, sa vision de la vie.


Bien sûr, nous avons des moments d’incompréhension, des moments de disputes mais c’est pareil avec toutes les personnes qui nous entourent comme notre famille ou nos amis ! Nous les connaissons bien et nous les aimons mais de temps en temps eh bien, on s’énerve parfois à juste titre … Et parfois pour trois fois rien ! Je pense qu’il faut trouver son équilibre et être patient l’un envers l’autre.


La plus belle chose que j’ai apprise ces derniers mois est surtout de pardonner et de demander pardon à la personne que j’aime.



  • Qu’aimerais-tu dire aux fiancés ?

J’aimerais leur dire cela : Tenez bon, Dieu voit les efforts que vous faites, Il connait vos défauts mais Il voit vos cœurs sincères et qui se laissent guider. Alors faites-Lui confiance et priez beaucoup pour votre couple. Ayez aussi la volonté de comprendre que l’Eglise, loin de mettre des barrières entre les couples, ne fait qu’en construire autour de vous, pour que votre enclos soit solide !


  • As-tu une citation préférée ?

Oui, une de mes citations préférées est extraite d’un livre que j’aime beaucoup, le Petit Prince de Saint-Exupéry. « Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde ».



  • Un dernier mot pour la fin ?

Pour finir, je pense qu’il ne faut pas essayer de trop planifier en avance sa vie amoureuse car la vie a son lot de surprise et se charge de déranger nos listes, et tant mieux ! On s’attend à rencontrer une personne vers tel âge, tel genre de personne, bref on imagine beaucoup de choses, surtout nous les filles !


Il faut simplement accepter que la vie ne soit pas une liste de courses, c’est bien plus grand que cela et bien plus beau. Ce sont des choix qu’il faut faire au bon moment et avec l’aide du Ciel, car seul, cela ne nous réussit pas trop généralement. Et puis, il faut faire confiance, ajouter beaucoup de volonté et un immense bol d’amour envers Dieu, ce qui nous permettra d’aimer mieux son mari.


Merci Claire !!!



 
 

Contact

Yellow Flowers and Laptop
 

0615257245

©2018 by Laisse ton empreinte. Proudly created with Wix.com