Laisse ton empreinte

Laisser notre empreinte et prendre soin de notre âme

LAisse ton empreinte.png
 
Rechercher
  • Aude

Que tout cela nous incite à une chose et une seule…

Mis à jour : févr. 27



Des sujets plus que brûlants… L’Eglise, la pédophilie, la sexualité, les prêtres, Dieu, les chrétiens et les médias…


Sans que l’on tombe dans le pessimisme et le défaitisme, je pense que vous serez d’accord avec moi pour que j’écrive que nous vivons une grave crise de l’Eglise.


Je cite le début de cet article d’Aleteia : « Les nouvelles de ces derniers temps semblent toutes plus sombres les unes que les autres. Les scandales se succèdent chez les prêtres et chez les évêques. Pas une semaine ne passe sans qu’un cas d′abus sexuel ne soit révélé au grand jour. En conséquence de quoi, les chrétiens sont nombreux à être déboussolés, et ceux qui ne semblent pas totalement découragés se demandent comment ils peuvent réagir. Procès des cardinaux Barbarin et Pell, sommet sur la protection des mineurs, livre de Frédéric Martel… L’actualité semble se déchaîner… »


Bon et alors, que faire, que penser ?


Je vous propose ici une petite compilation des différents articles que j’ai pu lire et qui m’ont plu, éclairé et aidé.


C’est un sujet tellement actuel, tellement brûlant, tellement sensible et tellement important que je ne vous donnerai pas mon avis personnel ou ne vous ferais pas part de mes réflexions. Mais je souhaite vraiment participer à l’information ou plutôt à la ré-information des Français et particulièrement des catholiques. C’est donc cette idée qui m’anime et absolument pas celle de créer une polémique ou d’ouvrir des débats.


Notre Eglise est sainte, voulue par Dieu, dirigée par le Christ. Guidée par le Saint-Esprit. Mais notre Sainte Eglise est composée de personnes humaines. Et donc, par définition, par des êtres limités. Des êtres pouvant être extraordinaires, capables de beaucoup d’exploits et même de sainteté. Mais aussi des personnes imparfaites, capables de commettre des erreurs. Capables de commettre le mal. Et le plus grand mal sur cette Terre, c’est le péché. « Le vrai mal, celui que nous devons craindre le plus : le péché. C’est de lui que d’une manière ou d’une autre, procèdent les autres maux. » Saint Josemaria


Des pêcheurs, c’est donc ce que nous sommes tous et ce qui compose l’Eglise. Mais des pêcheurs appelés à se convertir, appelés à de grandes choses, appelés à être saints. Alors… #TousversleCiel !


A vous tous qui lirez ces lignes, je souhaite vraiment vous encourager à une chose : la prière. Et avec la prière, l’Espérance et la Foi. Pour noyer le mal dans une abondance de bien.



Le cardinal Sarah a publié le 19 mars un nouvel ouvrage : « Le soir approche et déjà, le jour baisse. » Il nous dit : « Les Chrétiens tremblent, vacillent, doutent. J’ai voulu ce livre pour eux. Pour leur dire : ne doutez pas ! Tenez ferme la doctrine ! Tenez la prière ! J’ai voulu ce livre pour réconforter les chrétiens et les prêtres fidèles. »



Je cite à nouveau le Cardinal Sarah : « Chers amis, vous voulez relever l’Église ? »

« Mettez-vous à genoux et priez ! C′est le seul moyen. Celui qui ne prie plus a déjà trahi. »

« Vos pasteurs sont couverts de défauts et d’imperfections ? Ce n′est pas en les méprisant que sera bâtie l’unité de l’Église. Si vous pensez que vos prêtres et vos évêques ne sont pas des saints, alors soyez-le pour eux. Faites pénitence, jeûnez pour réparer leurs fautes et leurs lâchetés. »



Alors, prière, prière, prière. Et unité entre chrétiens et dans l'Eglise. C'est le moment où jamais pour être unis et soudés !



J’en parlais ici, nous pouvons profiter du Carême pour l’offrir et tout offrir pour notre Mère l’Eglise. Alors, plus que jamais, en mars 2019 et après, maintenant, tout de suite, on s’y met. On s’engage vraiment dans une vie de Foi et de prière. C’est cela qui sauvera l’Eglise et le monde !


Alors, offrons nos journées, offrons nos difficultés, offrons notre travail. Offrons nos maladies, notre fatigue. Offrons les contrariétés.


Notre mari est encore en retard ? On l’offre pour l’Eglise. On a passé un temps fou à ranger tous les vêtements de notre bébé et en deux secondes, toutes les piles s’écroulent ? On l’offre pour l’Eglise. Notre petit vient d’enlever ses chaussures alors qu’on est déjà en retard pour aller à la crèche ? On l’offre pour l’Eglise.


On a raté notre métro ? On l’offre. On a perdu nos clés ? On l’offre.


Le fait d’être souriante alors que nos collègues nous énervent profondément. Ecouter patiemment une collègue ennuyeuse. Ne pas s’énerver alors qu’on perd la dernière version de notre document. Etre calme alors que c’est la 30ème fois en une demi-heure que le téléphone sonne. Travailler de notre mieux et tenir bon alors que l’envie d’écouter une bonne musique commence à être irrépressible. Résister et ne pas aller checker Facebook ou WhatsApp en réunion ou en amphi, même si on s’ennuie apparemment. Garder pour nous la remarque acerbe qu’on aurait volontiers sortie. Taire un commentaire inutile.


Tout ça et beaucoup de choses encore… On l’offre pour l’Eglise. Tout pour Elle.



Intensifions notre recours aux sacrements. Prions avec intensité à la Messe.


Prenons notre chapelet. Dans notre chambre, dans la rue, dans le métro. Sur notre vélo ou dans une salle d’attente.


En suivant les conseils du Cardinal Sarah, prions. Prions à genoux quand nous le pouvons. Prions avec Foi. Prions avec persévérance. Prions avec constance. Prions dans le secret de notre chambre, de notre salon ou d’une église. Prions dans le secret de notre cœur. Chez nous, au travail, dans notre bureau. Dans une église ou un oratoire. Dans le bus ou le train.



Prions avec notre cœur et de tout notre cœur. Prions avec le Credo : "Je crois en l'Eglise, Une, Sainte, Catholique et Apostolique." Accourons à notre Mère la Vierge Marie, secours des chrétiens et Mère de l'Eglise ! Mater Ecclesiae, ora pro nobis !




« Face à tous ces maux de la vie, le chrétien n'a qu'une réponse possible, mais c'est une réponse définitive: le Christ sur la Croix ; Dieu qui souffre et qui meurt, Dieu qui nous offre son cœur, qu'une lance a percé, par amour pour nous tous. Notre Seigneur déteste les injustices et condamne celui qui les commet. Mais, comme Il respecte la liberté de chaque individu, Il permet qu'elles existent. Dieu Notre Seigneur ne provoque pas la douleur de ses créatures, mais Il la tolère parce que — à la suite du péché originel — elle fait partie de la condition humaine. Et pourtant, son Cœur plein d'Amour pour les hommes l'a incité à charger la Croix sur ses épaules, avec toutes ces tortures que sont notre souffrance, notre tristesse, notre angoisse, notre faim et notre soif de justice. »



« Si, face à la réalité de la souffrance, vous sentez parfois votre âme vaciller, il n'y a qu'un remède : regarder le Christ. La scène du Calvaire atteste, aux yeux de tous, que les afflictions doivent être sanctifiées en union avec la Croix. »



Ces deux citations sont tirées de l'homélie "Le coeur du Christ, paix des chrétiens", prononcée par Saint Josemaria. Vous pouvez retrouver cela dans le livre Quand le Christ passe. (Chapitre 16, point 168)


Un seul remède, regarder le Christ. Que cette crise de l’Eglise, les scandales, le péché, les maladies, la souffrance immense des victimes et celle de chaque membre de l’Eglise… Que tout cela nous incite à une chose et une seule : nous tourner vers le Christ et vers sa Mère qui est aussi notre Mère. Prier, Les aimer de tout notre cœur, aller à la Messe, recevoir les sacrements, prendre notre chapelet, offrir notre travail. Noyer le mal dans une abondance de bien. Et humainement, progresser toujours plus dans la charité. Et cela sauvera l’Eglise et sauvera le monde. Et alors, nous laisserons notre empreinte !



Pédophilie & Eglise



  • Excellent article du Padreblog, ici. "Pédophilie : honte, misères et vérité."

Extraits.

" Les crimes pédophiles sont horribles. Leur révélation ne peut que donner la nausée. Ceux qui les ont commis doivent être recherchés, jugés et condamnés sans aucune complaisance. Les victimes sont d’abord les enfants. En ce sens, les conséquences éventuelles de ce choc pour l’Eglise ne devraient pas nous importer : seules les victimes devraient compter ! Et pour tout prêtre, il n’y a rien de plus terrible que de voir un enfant blessé ou sali par un confrère, par celui-là même qui a reçu mission d’être la figure du père. Aujourd’hui, un drame de ce genre ne sera à l’évidence ni étouffé, ni caché. Et si des affaires l’ont été dans le passé, c’est une faute grave pour laquelle plusieurs évêques, et le pape lui-même, ont d’ailleurs demandé pardon. "


" Expliquer que le célibat des prêtres est une cause de la pédophilie est simplement absurde et injuste. Si le célibat clérical favorise la pédophilie, alors pourquoi tous les prêtres, qui sont a priori tous célibataires, ne sont-ils pas pédophiles ? Et si le célibat clérical était la cause de la pédophilie, pourquoi donc 95 % des pédophiles mis en examen vivent-ils en couple ? Cela voudrait dire que le mariage est dangereux et qu’il favoriserait lui aussi la pédophilie…"


" La vérité, c’est que la pédophilie est une déviance grave, une pathologie et une maladie (ce qui n’exclut pas la responsabilité de celui qui commet un acte pédophile). Si elle n’est pas accompagnée, soignée et aidée, la personne qui porte cette tendance risque de commettre des actes dramatiques et criminels, qu’elle soit mariée, célibataire, prêtre ou éducateur. Quand un professeur d’école est arrêté puis condamné pour pédophilie, on affirme sans hésiter que cet homme était malade, porteur d’une pathologie pédophile et qu’il a commis des actes criminels. Ce n’est pas la faute de sa femme, ou de son célibat, ou de son métier.


Pour des prêtres, le problème n’est donc pas le célibat, mais le manque d’équilibre avec lequel ils vivent leur état de vie. Pour y remédier, l’Eglise cherche à discerner toujours mieux les fragilités affectives, humaines ou psychologiques chez les candidats au sacerdoce. C’est une bonne chose. Mais qu’on ne dise pas que c’est la prêtrise qui rend pédophile, ou que si ce curé avait eu une femme avec qui se « détendre », il n’aurait pas agressé des enfants ! On est là dans une réflexion bien pauvre et tous les pédophiles en couple – avec parfois une vie de famille tout à fait stable – nous montrent que les choses sont bien plus compliquées."


" A la tête de l’Eglise, beaucoup de choses ont été faites et il reste encore certainement beaucoup à faire. La pédophilie est un véritable fléau contre lequel l’Eglise doit lutter de toutes ses forces. Mais il n’y a pas qu’elle qui est en cause : l’Education Nationale, les familles, doivent se mobiliser. Il faut agir, ne pas garder le silence, écouter, prévenir… Que tout le monde se sente concerné ! "



  • Lettre du Pape Benoît XVI aux catholiques d'Irlande, en 2010, suite à de nombreux abus sexuels & de pédophilie. Ici, sur le site du Vatican. Le Pape émérite parle "d'un chemin de guérison, de renouveau et de réparation."

On y retrouve différents paragraphes : destinés aux victimes d'abus et leur famille, aux prêtres et religieux qui ont abusé des enfants, aux parents, aux enfants et aux jeunes, aux prêtres et aux religieux, aux Évêques, à tous les fidèles.


Extraits.

" Chers frères et sœurs de l’Eglise en Irlande, c'est avec une profonde préoccupation que je vous écris en tant que Pasteur de l'Eglise universelle. Comme vous, j'ai été profondément bouleversé par les nouvelles apparues concernant l'abus d'enfants et de jeunes vulnérables par des membres de l'Eglise en Irlande, en particulier par des prêtres et des religieux. Je ne peux que partager le désarroi et le sentiment de trahison que nombre d'entre vous ont ressentis en prenant connaissance de ces actes scandaleux et criminels et de la façon dont les autorités de l'Eglise en Irlande les ont affrontés. "


" Pour ma part, compte tenu de la gravité de ces fautes, et de la réponse souvent inadéquate qui leur a été réservée de la part des autorités ecclésiastiques dans votre pays, j'ai décidé d'écrire cette Lettre pastorale pour vous exprimer ma proximité et vous proposer un chemin de guérison, de renouveau et de réparation."


" Avec cette Lettre, mon intention est de vous exhorter tous, en tant que peuple de Dieu qui est en Irlande, à réfléchir sur les blessures infligées au Corps du Christ, sur les remèdes, parfois douloureux, nécessaires pour les panser et les guérir, et sur le besoin d'unité, de charité et d'aide réciproque dans le long processus de reprise et de renouveau ecclésial. Je m'adresse à présent à vous avec des paroles qui me viennent du cœur, et je désire parler à chacun de vous individuellement et à vous tous en tant que frères et sœurs dans le Seigneur. "



  • Lettre du Pape François au peuple de Dieu - août 2018, face au scandale des abus sexuels. Ici.

" « Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui » (1 Cor 12,26). Ces paroles de saint Paul résonnent avec force en mon cœur alors que je constate, une fois encore, la souffrance vécue par de nombreux mineurs à cause d’abus sexuels, d’abus de pouvoir et de conscience, commis par un nombre important de clercs et de personnes consacrées.


Un crime qui génère de profondes blessures faites de douleur et d’impuissance, en premier lieu chez les victimes, mais aussi chez leurs proches et dans toute la communauté, qu’elle soit composée de croyants ou d’incroyants.


Considérant le passé, ce que l’on peut faire pour demander pardon et réparation du dommage causé ne sera jamais suffisant. Considérant l’avenir, rien ne doit être négligé pour promouvoir une culture capable non seulement de faire en sorte que de telles situations ne se reproduisent pas mais encore que celles-ci ne puissent trouver de terrains propices pour être dissimulées et perpétuées.


La douleur des victimes et de leurs familles est aussi notre douleur ; pour cette raison, il est urgent de réaffirmer une fois encore notre engagement pour garantir la protection des mineurs et des adultes vulnérables. "


  • Sommet sur la protection des mineurs - février 2019. Aleteia - Les trois points à retenir de ce sommet. Ici. Le discours du Pape à ce sujet, ici.

Extraits.

" Le meilleur résultat et la plus efficace résolution que nous puissions offrir aux victimes, au peuple de la Sainte Mère Église et au monde entier, c’est l’engagement à une conversion personnelle et collective, l’humilité d’apprendre, d’écouter, d’assister et de protéger les plus vulnérables."


"Je lance un appel pressant pour la lutte, à tous les niveaux, contre les abus sur mineurs — dans le domaine sexuel comme dans d’autres domaines — de la part de toutes les autorités comme des personnes individuelles, car il s’agit de crimes abominables qui doivent disparaître de la face de la terre. Beaucoup de victimes cachées dans les familles et dans divers milieux de nos sociétés, le demandent."



Prêtres & pédophilie

  • Lettre ouverte à un prêtre pédophile. Ici. De Pierre Durieux, vice-président de l’Université des communicants catholiques, ancien directeur de la communication du diocèse de Lyon, actuel directeur de cabinet du Cardinal Barbarin.

Extraits.

" Benoît XVI dans sa lettre à l’Eglise d’Irlande du 19 mars t’a consacré un paragraphe entier. Il n’y mâche pas ses mots : « vous devez répondre de cela devant Dieu tout-puissant, ainsi que devant les tribunaux constitués à cet effet ». Ne crois pas qu’une partie de cette phrase soit moins importante que l’autre."


" Ces temps-ci, tu es tellement médiatisé que les trois P du carême, « prière, pénitence, partage », ont été remplacés par les trois P de la suspicion : « PPP, prêtre peut-être pédophile ». Pour toujours et pour tous, l’expression « prêtre pédophile » devrait être une contradiction. Pour l’heure et pour certains, elle est devenue une évidence. "


  • Lettre d'un prêtre catholique destinée au NY Times. Ici.

Extraits.

" Un prêtre n’est ni un héros ni un névrosé. Il est simplement un homme normal qui, avec sa nature humaine, cherche à suivre Jésus et à Le servir dans ses frères. "


" Chez les prêtres, il y a de la misère, de la pauvreté et des fragilités comme chez tous les êtres humains ; mais il y a également de la beauté et de la grandeur comme en chaque créature. Insister d’une manière obsessionnelle et persécutrice sur un thème douloureux, en perdant de vue l’ensemble de l’œuvre, esquisse volontairement des caricatures offensantes pour le sacerdoce catholique, et par lesquelles je me sens offensé. "




Célibat des prêtres & limites de personnes humaines

  • Prêtre pour vous, malgré nos faiblesses... « Etes-vous assez faibles pour que la grâce de Dieu resplendisse à travers vous ? ». C’est la question que pose cet évêque philippin aux quatre nouveaux prêtres qu’il s’apprête à ordonner. Une vidéo lumineuse et des propos inspirants. Ici.


  • « Grâce à Dieu » : de parole et de chair – Article Aleteia sur le film de François Ozon. Prêtres, Dieu & pédophilie. Ici.


  • Pourquoi le célibat des prêtres ? L'abbé Grosjean répond en vidéo ici.


  • Le célibat du prêtre, Mgr Emmanuel GOBILLIARD. Ici. « Le célibat est un dur combat. C’est aussi un beau combat »


  • Et tant qu'on y est... Les Femmes prêtres ? Vidéo de l'Abbé Amar, ici, du Padreblog.



Affaire Preynat - Barbarin

  • Comprendre le procès du cardinal Barbarin - Aleteia. Ici.

Peut-on reprocher à quelqu’un de n’avoir pas dénoncé une infraction qui était déjà prescrite lorsqu’on lui en a parlé ?



  • Affaire Barbarin, nous sommes témoins. A lire absolument et en entier, ici !

Mgr Jean-Pierre Batut, évêque de Blois, ancien évêque auxiliaire de Lyon, Mgr Pierre-Yves Michel, évêque de Valence, ancien vicaire général de Lyon, Pierre Durieux, ancien directeur de cabinet du cardinal Barbarin. Août 2018, toujours actuel !


" Les mois, les années passent et le scandale Preynat perdure. Libre à chacun d’avoir ses avis, de signer les pétitions qu’il veut, de publier sa légitime indignation sur des crimes aussi honteux et destructeurs pour les victimes. De notre côté, notre liberté et notre devoir est aussi de témoigner de quelques faits objectifs au sujet du cardinal Barbarin, auprès de qui nous avons travaillé respectivement 6, 7 et 10 ans. Ayant fait partie de ses plus proches collaborateurs, et l’ayant aujourd’hui quitté pour d’autres services, notre parole aussi est… libérée."


" Nous sommes témoins que le cardinal Barbarin a rencontré toutes les victimes qui acceptaient ses propositions de rendez-vous, qu’il désirait les écouter toutes et chacune personnellement, et qu’il a entendu du fond du cœur l’immensité de leur souffrance.


Nous sommes témoins qu’il a tenu à faire intervenir des victimes dans une formation dispensée aux prêtres de son diocèse tout comme dans une Messe dite de « réparation ».


Nous sommes témoins qu’il a fait adopter des mesures les plus répressives qui soient en matière de lutte contre la pédophilie, plus nettes et plus claires que celles adoptées au plan national et au plan international, en particulier par cette disposition : « Tout prêtre ayant commis des faits d’agression sexuelle sur mineur quelles que soient la date des faits et la date de découverte de ces faits, se verra écarté définitivement de tout ministère » – mesures saluées en son temps par la Parole Libérée. "


" Nous sommes témoins qu’il a été un évêque courageux et intransigeant dans la gestion des dérives des communautés religieuses sur lesquelles il avait autorité.


Nous sommes témoins qu’auditionné pendant 10 heures, perquisitionné à deux reprises, ausculté dans ses agendas et ses carnets personnels, traqué par certains journalistes, caricaturé, insulté, diffamé quotidiennement, il n’a jamais eu un mot, même en privé, contre les magistrats, les victimes, les journalistes… "


" Nous sommes témoins qu’il a insisté auprès des victimes pour qu’elles portent devant la justice les faits qui les concernent, ainsi que l’a écrit le procureur de la République dans son classement sans suite d’août 2016, et comme le prouvent plusieurs correspondances.


Nous sommes témoins qu’il a agi sans détour dans deux affaires de mœurs qui touchaient des prêtres de son diocèse.


Nous sommes témoins qu’il s’est aussi trouvé face à des cas de conscience pour des faits plus anciens déjà gérés, même mal, par ses prédécesseurs.


Nous sommes témoins qu’il a dix fois exprimé ses regrets pour ses hésitations, quand bien même elles n’ont jamais blessé un seul enfant. "


" Nous sommes témoins que, dans toute cette adversité, il est resté un homme de Dieu, priant, centré sur sa mission, enthousiaste, soucieux de dialogue, désireux de comprendre, « créatif, courageux et missionnaire », comme l’a écrit le pape François.


Nous sommes témoins que nombre d’attaques contre le cardinal relèvent davantage du règlement de comptes idéologiques que de la lutte contre la pédophilie ou de l’amour de l’Église…"


" Notre responsabilité – votre responsabilité – c’est de demeurer dans la vérité. Dans cette « vérité qui rend libre » (Jean 8, 32)."




  • "Le pape François refuse la démission du cardinal Barbarin." - Aleteia. Ici.

Extraits.

" 'En invoquant la présomption d’innocence, il n’a pas voulu accepter cette démission, écrit l’archevêque. Il m’a laissé la liberté de prendre la décision qui me paraît la meilleure pour la vie du diocèse de Lyon, aujourd’hui. À sa suggestion et parce que l’Église de Lyon souffre depuis trois ans, j’ai décidé de me mettre en retrait pour quelque temps.' précise-t-il. Mgr Philippe Barbarin reste donc archevêque de Lyon. C’est l’actuel vicaire général du diocèse, le Père Yves Baumgarten, qui se chargé de « la conduite du diocèse » à compter de ce jour précise le communiqué. "


" Le 7 mars, à l’annonce du jugement, le cardinal Barbarin avait annoncé son intention de faire appel de sa condamnation. En droit français, l’appel est suspensif et le cardinal est donc présumé innocent jusqu’à ce que le verdict en appel ne soit rendu. Ce choix du Souverain pontife se situe donc dans la ligne de ce qu’il avait annoncé dès mai 2016 au quotidien La Croix. Accepter cette démission, estimait-il à l’époque, « serait un contresens, une imprudence. On verra après la conclusion du procès. Mais maintenant, ce serait se dire coupable. » "



Cardinal Pell

  • Les doutes sur la condamnation du cardinal Pell. Ici.

Extraits.

" Le cardinal George Pell a été archevêque de Melbourne et de Sydney. Il a aussi été membre du conseil des cardinaux créé par le pape François pour la réforme de la curie romaine. Sa condamnation récente pour abus sexuels de mineurs a été accueillie par beaucoup en Australie comme une confirmation que personne, aussi haut placé soit-il, n’est au-dessus de la loi. Mais d’autres doutent qu’il ait été jugé de façon impartiale."



Tous unis dans la prière ! Veritas liberavit vos... La vérité vous rendra libres !

" Dans le monde, vous trouverez la détresse. Mais ayez confiance : moi, je suis vainqueur du monde." (Jn 16, 33)



 
 

Contact

Yellow Flowers and Laptop
 

0615257245

©2018 by Laisse ton empreinte. Proudly created with Wix.com